Auto-mesure de la tension

Un auto-tensiomètre  permet de mesurer soi-même sa tension artérielle à domicile. La prise de tension peut se faire au bras ou au poignet.

tensiomètre de brasTensiomètre de bras

tensiomètre de poignet

Tensiomètre de poignet

Avant la mesure, s’asseoir confortablement devant une table, enlever tout ce qui peut gêner sur le bras (tee-shirt trop serré, montre, bracelet…) et se reposer cinq minutes.

 

1) Mise en place du brassard :

Le brassard doit être posé à gauche.

 

2) Position du bras :

  • Auto-tensiomètre de bras :

Poser l’avant bras à plat sur la table sans serrer le poing.

  • Auto-tensiomètre de poignet :

Poser le coude sur la table et mettre le poignet à la hauteur du cœur, c’est à dire au niveau de la poitrine, le bout des doigts touchant l’épaule opposé, sans serrer le poing.

 

3) Mise en marche de l’appareil (commun aux deux types d’appareil) :

  • Actionner la mesure.
  • Ne pas bouger et ne pas parler tout en restant détendu pendant les phases de gonflage et de dégonflage automatiques du brassard.
  • Au bout de quelques secondes, le résultat affiche deux chiffres en millimètres de mercure (mmHg) ou en centimètres de mercure (cmHg).
  • Noter les deux chiffres sur un carnet de suivi ou un relevé d’auto-mesure.
  • Recommencer la mesure selon « la règle des trois ».

 

« La règle des trois » :

Il est recommandé de pratiquer 3 mesures consécutives à 1 ou 2 minutes d’intervalle 3 fois par jour pendant 3 jours de suite, c’est « la règle des trois ».

L’auto-mesure doit être faite dans les jours précédents une visite chez le médecin.

 

A quoi sert l’auto-mesure de la pression artérielle ?

L’auto-mesure améliore le diagnostic de l’hypertension en évitant l’effet blouse blanche ou l’effet masqué sur la tension.

L’effet blouse blanche est liée au stress, la pression sanguine s’élève de manière artificielle lorsqu’elle est mesurée par un professionnel de santé mais revient à la normale dès que le patient sort du cabinet. Au contraire, l’effet masqué est caractérisé par un patient qui n’est hypertendu que chez lui et pas en présence du médecin.

L’auto-mesure participe à l’éducation thérapeutique du patient et améliore l’observance du traitement et la connaissance des facteurs de risque cardiovasculaire.

 

L’interprétation des résultats :

Le résultat se compose toujours de deux chiffres exprimés en millimètre de mercure (mmHg) : la pression systolique et la pression diastolique.

La pression artérielle systolique (PAS) correspond au moment où le cœur se contracte. Le sang étant poussé dans les artères, la pression exercée est alors maximale.

La pression artérielle diastolique (PAD) correspond à la pression au moment où le cœur se relâche. Le sang n’étant plus poussé dans les artères, la pression diminue jusqu’à une valeur minimale.

Même si par commodité, le résultat est toujours exprimé en cmHg (par exemple 12/8), noter la mesure en mmHg (par exemple 120/80) accompagnée de la date, de l’heure et de tous les événements importants dans le carnet de suivi ou le relevé d’auto-mesure.

relevé d'auto mesure 3

Le carnet est à présenter à chaque consultation afin que le médecin interprète les résultats et estime la pertinence de mettre en place ou de modifier un traitement antihypertenseur.

 

Cet article est extrait d’Info Santé Juillet 2020.

Comments are closed.