Placebo – nocebo – quesako?

Pendant la seconde guerre mondiale, le docteur Henri K.Beecher n’avait plus de morphine de disponible pour soulager les soldats blessés. Il décida de leur injecter une solution saline tout en continuant à dire que c’était de la morphine. Le médecin fut étonné de constater que 40% des soldats furent soulagés. Mais pourquoi?

placebo3

Définition :

La réponse placebo est une réponse positive qui suit l’administration d’une substance pharmacologiquement inerte (ce peut être aussi une intervention physique ou psychique dépourvue d’effets connus).

Par analogie, on parle de placebo pour désigner la substance inerte administrée.

Son nom vient du latin : placebo = je plairai.

Comment ça marche?

« C’est psychologique » me direz-vous. Oui mais pas que..

On savait depuis longtemps que l’effet placebo existait (est-ce que ça marche? oui).

Mais pourquoi? Aujourd’hui, les scientifiques comprennent mieux pourquoi ces soldats américains se sont sentis mieux.

Le placebo aide le cerveau à synthétiser des neurotransmetteurs : divers médiateurs chimiques jouent un rôle comme la dopamine, les opioïdes endogènes, la cholecystokynine. Le placebo permet aussi de mimer les effets de certains traitements.

Quelques caractéristiques de l’effet placebo :

Pour le placebo médicament, l’effet dépend des caractéristiques du produit.

♦ La taille : plus il est gros, plus l’effet est puissant.

♦ La couleur : rouge ou jaune, effet stimulant.

♦ La voie d’administration : plus efficace en injection.

♦ Le prix : si cher, effet ++

La relation médecin-malade conditionne elle aussi la réponse au placebo.

Il existe un parallélisme entre la conviction du médecin et la réponse au traitement. Un médecin enthousiaste obtient de meilleurs résultats au traitement qu’un médecin sceptique. De même, un médecin communicatif, rassurant, consciencieux, amical induit une meilleure réponse qu’un médecin pressé ou négligent.

Peut-on prescrire un placebo?

Rien ne s’y oppose si l’affection en cause est bénigne.

Mais des questions éthiques se posent. Le patient ne se sentira-t-il pas trahi?

Cette tromperie peut se justifier dans le cadre d’études en double aveugle : ni le médecin, ni le malade ne connaissent la nature du médicament reçu. Ce type d’études permet de tester l’efficacité d’un traitement en supprimant tout jugement a priori.

Et l’effet nocebo, c’est quoi?

C’est le côté obscur de l’effet placebo. Du latin nocebo « je nuirai », il est de même nature que l’effet placebo. Ainsi des patients prenant une substance inerte qu’ils pensaient être active peuvent en ressentir les effets secondaires.

 

Le cerveau est encore plein de mystères et les études donneront certainement d’autres pistes pour expliquer totalement cet effet placebo. Mais en attendant, « que la force soit avec vous ».

 

 

 

Comments are closed.